Techneau Sailing

3ème semaine de course : nuits blanches, migraines et nervous breakdown...

1 Décembre 2013 , Rédigé par Techneau Sailing Team Publié dans #mini transat 2013

Mini 6.50 - Techneau (6)

 

Pénible.

Si un adjectif peut résumer ces derniers jours de course c'est peut etre celui-ci.

A des latitudes où, statistiquement, à cette époque, on est quasiment assuré de profiter d'un alizé bien établi pour propulser les bateaux dans de longues glissades, le peloton de la Mini Transat a vu se dresser sur sa route un systeme totalement instable et imprévisible: la naissance d'une dépression.  Quand je parle de "peloton", j'exclus les "échappés": les premiers protos et des 3 premiers bateaux de série qui ont pu filer "à l'anglaise" juste avant l'apparition du phénomene (l'expression "à l'anglaise" induit une notion de fourberie, précisons que c'est bien évidement la méteo qui est fourbe, et pas les premiers du classement...).

Bref, le problème avec les statistiques c'est que le 100% est rarement atteint, voir jamais quand il sagit de méteo.

Donc au menu de notre Nono cette semaine:  un vent (quand il y en a) qui ne sait pas trop où aller et des grains orageux pouvant apporter déluge, rafales vicieuses et foudre. Le bonheur... Dans ces conditions épuisantes, il faut rester en alerte permanente pour continuer à faire route tant bien que mal, en surveillant les nuages d'orage pour tenter de les éviter, quand c'est possible... Le coktail idéal pour se préparer des nuits blanches, la migraine qui s'en suit, et éventuellement le "Nervous Breakdown" du lendemain matin en écoutant le classement... Les trajectoires des concurents en témoignent, c'est parti dans tous les sens: L'anarchie totale. Au passage, ce passage de vent mou va leur faire perdre pres d'une semaine sur le tableau de marche, de quoi inquieter des solitaires qui voient leurs stocks de nouriture diminuer alors qu'ils sont scotchés en plein milieu de l'atlantique.

Concretement y'en a qui ont dû raler car c'est un peu différent de ce qui était vendu lsur la plaquette! (Ceci dit, c'est le genre de situation dont on finit par avoir l'habitude, la course au large c'est rarement "à la cool", avec tongues, chapeau et lunettes de soleil)

Ce bon gros bazard n'a malheureusement pas tourné à l'avantage de Nono. Mardi dernier, il était 12eme à 30 milles (seulement!) du 7eme et à 100 milles du 5eme; le top 10 était vraiment tout proche et la 5eme place loin d'etre inaccessible. Ce soir il est maintenant 13 eme à 100 milles du 7eme et à 130 milles du 5eme, Sachant qu'il reste 1000 milles à courir, ça se complique un peu.

L'observation de la cartographie et des statistiques de course montre qu'Arnaud est souvent rapide par rapport à ses concurents, (il est d'ailleurs le 6eme "Série" le plus rapide) malheureusement sa trajectoire est trop saccadée et pas suffisament tendue pour etre efficace.

stats.jpg

 

Il reste quelques heures de vent léger avant de voir (enfin!) l'alizé s'etablir de nouveau. La moyenne va s'accélerer puisque l'arrivée d'Arnaud est estimée au 9 décembre (environ!) comme l'indique le dernier routage d'Axel.

1-12

Partager cet article