Techneau Sailing

Grand Prix Guyader à Douarnenez : Le baptême du feu.

20 Mai 2015 , Rédigé par Benoit Publié dans #Diam24

Grand Prix Guyader à Douarnenez : Le baptême du feu.

Posté par Benoit

 

Pour la première course du Diam 24, l’équipe Techneau avait fait le déplacement au quasi-complet à Douarnenez. En effet, outre l’équipage composé d’Arnaud, Vincent et moi-même, Gilles, Jean-Georges, Momo et Riton étaient également de la partie pour nous assister à terre (montage du bateau, logistique…) et sur l’eau à bord du semi-rigide (coaching). 22 concurrents sont présents pour en découdre, et pas des moindres : entre stars de la course au large et anciens sélectionnés olympiques, le Diam 24 c’est la « Champions Ligue » de la voile française.

Après une matinée de montage du bateau, 2 raids sont au programme vendredi. Je comprends vite (mais trop tard) qu’un Diam 24 ne se pilote pas comme un cata F18 sur une ligne de départ, ratant ainsi magistralement le départ des 2 raids. Ça restera la leçon du jour. La brise tonique (15-20 knts) et les rafales parfois très brusques nous incitent à un peu de prudence, d’autant que Nono peine à choquer avec le palan de grand-voile mal réglé. Faudrait quand même ne pas finir sur le toit… ! Nous terminons donc ces 2 manches dans les 5 derniers, avec une liste d’ajustements techniques à régler pour le lendemain.

Au programme du samedi, des parcours stade nautique selon le format retenu par le prochain tour de France à la voile, avec les fameux départs vent de travers, c’est-à-dire à pleine vitesse. Avec le même vent sournois que la veille ça promet de l’action. Effectivement sur le premier bord du parcours, les bateaux foncent côte à côte à environ 17 knts, perchés sur un flotteur, en direction de la 1ère marque à contourner. Les bateaux font alors de violents « plantés » ce qui est très impressionnant pour les spectateurs comme pour nous. Port du casque vivement conseillé… !

Notre manque d’expérience de l’exercice ne nous empêche pas de nous jeter dans la bataille et, sur la 3ème manche, notre départ et notre premier bord sont parfaits, nous virons en tête la première marque et déroulons le genaker pour filer vers la porte sous le vent que nous virons également en tête, un grand moment ! Nous sommes, il faut bien l’avouer, assez surpris de se trouver là, avec cette meute lancée à nos trousses ! À bord du semi rigide d’assistance, c’est carrément du délire ! La suite du parcours sera moins glorieuse puisque notre tacticien du jour, Nono, confond la porte suivante avec 2 autres marques identiques mouillées non loin de là, oups ! Et nous voilà derniers, tandis qu’à bord du semi-rigide, Momo frôle la tachycardie… ! Voici la leçon de ce samedi, en Diam 24 chaque erreur, petite ou grosse, se paye très cher… et nous rentrons au port avec une nouvelle liste de détails technique à régler au plus vite.

Le dimanche, le comité constitue une poule « Or » (1ere moitié du classement) et une poule « Argent ». Logiquement nous sommes dans la poule « Argent », où nous retrouvons des calibres qu'on ne présente plus tels qu'Armel LE CLEACH, Daniel SOUBEN (vainqueur du TFV l’an dernier), Vincent RIOU et Bernard STAMM. Nos progrès sont sensibles, avec une vitesse correcte et des manœuvres plus fluides, nous accrochons une encourageante 4ème place dans l’avant-dernière manche.

Nous terminons à 18ème place (sur 22) d’un classement dominé par Combiwest (Fred Guilmin) (http://www.grandprixguyader.com/images/resultats/2015/diam24.pdf )

Sitôt le programme de course achevé, l’équipage du trimaran et du semi-rigide échangent leurs montures. Direction l’école Navale de Lanvéoc, que le trimaran rejoindra par la mer et le zodiac sur sa remorque par la route. Un petit coup logistique qui nous fera gagner un temps précieux le WE prochain pour le GP Ecole Navale pour lequel je laisserai la barre à Nico, pour m’essayer au poste d’équipier d’avant.

 

Benoit.

Partager cet article