Techneau Sailing

Grand Prix de l'Ecole Navale

21 Mai 2015 , Rédigé par Nicolas Publié dans #Diam24

Grand Prix de l'Ecole Navale

Posté par Nicolas

 

Mercredi 13 mai 2015, 23:00

Les combinaisons ont à peine eu le temps de sécher depuis le Grand Prix de Douarnenez que quelques milles plus au Nord, l'Ecole Navale nous ouvre ses portes (bien gardées !) pour le fameux Grand Prix de l'Ecole Navale 2015, réservé aux "sportboats". Au programme, glisse, vitesse, et stratégie de haut vol dans la rade de Brest, sans doute l'un des plus beaux et des plus intéressants plans d'eau d'Europe !

 

Jeudi 14 mai

C'est avec une joie non dissimulée que nous passons, de justesse, le premier obstacle : la pesée de l'équipage ! 220,5kg pour Benoit, Arnaud et moi. Sachant que le poids minimum autorisé à bord des Diam 24 est de 220kg, inutile de vous préciser que le petit déjeuner précédant la pesée a été copieux..

On le savait, la première journée, le vent est trop fort pour naviguer. Les régates sont annulées et nous mettons à profit cette journée pour modifier quelques points d'accastillage dans le strict respect des règles de jauge. La jauge des Diam 24 est dite "monotype", ce qui garantit que tous les bateaux soient strictement équivalents. A ce sujet, les équipages pro se feront d'ailleurs un peu tirer l'oreille lors d'une réunion des coureurs, pour limiter leur propension à vouloir optimiser les bateaux par des moyens à la seule portée de leurs staffs techniques et de leurs finances ! L'idée étant que seule la "valeur" de l'équipage doit faire la différence sur l'eau, d'autant que bien évidemment, sur ce point, les équipes pro ne manquent pas de talents.

 

Vendredi 15 mai

La journée s'annonce radieuse : un vent medium propice à l'enchaînement de manches à couteaux tirés, et un soleil propice quant à lui à la bonne humeur générale.

Pour ma part, c'est le baptême du feu à la barre du Diam 24 Techneau et sur ce format de course où le départ est lancé travers au vent. Contrairement au départ face au vent où chacun part à égalité, le départ vent de travers favorise celui qui est dégagé au vent de la flotte, côté bateau comité. Malheur à celui qui prend un départ sous le vent de la flotte !

Top départ ! Grosse accélération des trimarans qui s'élancent à pleine vitesse ! Les étraves fument, les cris fusent, pas question de céder aux équipages mal engagés qui tentent de forcer le passage ! C'est un sprint intense jusqu'à la première marque de parcours ! Passé la bouée les bateaux accélèrent encore plus et descendent à toute vitesse vers le bas du parcours. ça attaque de tous côtés. Les tacticiens scrutent les risées qui arrivent par derrière. Les bouées marquant la porte du bas du parcours sont déjà dans la ligne de mire de la flotte qui arrive regroupée. Le positionnement de chacun va être crucial pour repartir au près sans être gêné et du bon côté.

Contre le vent, les trimarans s'appuient sur un flotteur, coque centrale à fleur d'eau, les uns derrière les autres. Il y a le groupe de gauche et le groupe de droite, selon le côté choisi à la porte. Au vent du parcours, la pointe de Pen Ar Vir perturbe le flux de Nord-Ouest et joue des tours aux équipages. Le groupe parti à gauche est à la peine en direction de l'Ecole Navale. Mais finalement, le groupe de droite, parti vers le large, se retrouvera largement distancé. Le tour d'après, ce sera l'inverse. Parfois, la route gagnante passe au milieu, mais cela impose plusieurs virements de bords supplémentaires, autant de temps perdu qu'il faut être sûr de pouvoir rattraper ! Bref, ce n'est pas simple, ce que Franck Cammas résumera par :"le plan d'eau est très ouvert, la victoire n'est jamais acquise".

Le speed-crossing, grande traversée de la rade en passant par le port militaire nous sourira plus, et c'est en 8ème position, sur 24 engagés, que nous terminons cette manche. Notre expérience des raids en formule 18 nous a bien aidés. En revanche, les parcours courts sur bouées, plus techniques, favorisent les équipages qui ont pu s'entraîner avec le Diam. Ils ont donc été plus difficiles pour nous qui découvrons le support. Nous sommes quand même 17ème au général, ce qui est, compte tenu du niveau extraterrestre de la série, assez inattendu.

 

Samedi 16 mai

Encore une belle journée en perspective, un peu plus de vent qu'hier, même programme, des manches courtes et intenses sur bouées, et un grand raid pour finir. Les départs vent de travers sont toujours aussi difficiles. Nous sommes dans le groupe de la mort, avec entre autres Groupama, Spindrift et CombiWest, le futur podium de ce Grand Prix ! A noter un superbe départ qui nous place en 3ème position à la première marque, juste devant Groupama !

 

Le raid du jour, sur lequel nous fondons espoir d'améliorer notre classement, débute par un départ vraiment raté, en deuxième rideau. Ca arrive et ce n'est pas forcément insurmontable. PRB a subi la même punition et finira 2ème du raid.. comme quoi ! Hélas pour nous, non seulement nous n'arriverons pas à rattraper la flotte mais nous prendrons un retard tel que nous finissons bons derniers. La faute à une stratégie appliquée à l'envers de ce que nous avions pourtant si bien préparé la veille. Encore une grande leçon ! Une difficulté ponctuelle (ici un mauvais départ) nous a conduit à faire des choix rétrospectivement désespérés plutôt que d'appliquer notre stratégie, que la majorité de la flotte a suivi et qui a fort bien fonctionné...

Le classement au tableau officiel tombe à la fin du jour : 22ème au général, 5 places de moins que la veille, aïe aïe aïe !

La soirée passe en bossant la météo et la stratégie pour le lendemain, sans grande illusion car le vent annoncé est extrêmement faible.

 

Dimanche 17 mai

Le scénario attendu se vérifie, le vent est aux abonnés absents, pas de course, on replie la bête de course sous le soleil et devant les acrobaties d'un hélicoptère de combat de la Marine Nationale venu faire le show pour la "Journée des Familles" des élèves de l'Ecole Navale, impressionnant !

On repart avec en tête que le Diam 24 est un bateau exigeant, que notre vitesse générale est satisfaisante au vu de notre expérience, et que sur les raids, tout est possible, dans un sens comme dans l'autre.

Pour moi qui découvrais le Diam 24 en régate : ça décoiffe !!

 

Nicolas

Partager cet article